Sous-domaine et sous-répertoire : qu'est-ce qui est le mieux pour le SEO ?

Olivier Amici

Mar 23, 202114 min read
L'un des plus grands débats qui anime le SEO est celui des partisans du sous-domaine et du sous-répertoire. Dans ce guide, nous voulons dissiper la confusion et aider à répondre aux questions à ce sujet.

L'un des principaux débats qui anime le milieu du SEO est celui des partisans du sous-domaine et ceux du sous-répertoire. 

Qu'est-ce qui est le mieux pour le référencement ? Y a-t-il vraiment une différence ? Si un blog est hébergé sur un sous-domaine, faut-il le faire migrer vers un sous-répertoire ? Quelle est la position de Google sur la question ?

Voici là quelques-unes des nombreuses questions qui reviennent souvent sur les réseaux sociaux dans la communauté SEO et pour lesquelles les réponses données varient.

Dans ce guide, nous voulons mettre les choses au clair et vous aider à mettre un terme à débat entre « sous-domaine et sous-répertoire ». Nous allons nous plonger dans les considérations techniques du SEO que vous devez prendre en compte et indiquer les cas où il est le plus judicieux de les utiliser.

Plus précisément, nous allons nous pencher sur les points suivants :

Comprendre les sous-domaines et les sous-répertoires

Avant d'examiner lequel est le meilleur pour le référencement, voyons d'abord rapidement la différence technique entre les sous-domaines et les sous-répertoires.

Sous-domaine : blog.votredomaine.com

Sous-répertoire : votredomaine.com/blog/ 

Un sous-domaine est essentiellement un élément enfant du domaine parent. Il est parfois utilisé pour héberger :

  • Des blogs
  • Des boutiques d'e-commerce (lorsqu'elles font partie d'un site plus vaste)
  • Des supports internationalisés (différents sites pour cibler différents marchés)
  • Des sites mobiles distincts
  • Des formulaires de devis 

Notez que dans l'exemple du sous-répertoire (également appelé sous-dossier), l'élément /blog/ se trouve dans le domaine principal. Il fait partie du site principal votredomaine.com comme n'importe quelle autre page. Il ne s'agit que d'une page de plus sur ce site.

Tandis qu'un sous-domaine se situe en dehors du domaine principal ; il se situe à l'intérieur de sa propre partition du domaine. Dans cet exemple, il est utilisé pour héberger un blog.

Un sous-domaine se situera toujours avant le domaine racine quand on regarde l'URL tandis qu'un sous-répertoire se situera toujours après.

Si vous ne savez pas combien de sous-domaines votre site utilise actuellement, ou s'il en utilise un seul, vous pouvez utiliser l'outil Audit de site pour visualiser la structure de votre site, y compris ses éventuels sous-domaines :

site crawl

En configurant l'outil, assurez-vous que « y compris tous les sous-domaines » (including all subdomains) est sélectionné dans le champ d'exploration.

include subdomains

Pourquoi y a-t-il un débat aussi important dans la communauté SEO entre les sous-domaines et les sous-répertoires ? Et l'un est-il meilleur que l'autre s'agissant de se classer dans les SERP ?

Surveiller et résoudre les problèmes techniques

avec Audit de site de Semrush

ADS illustration

Contexte du débat

Soyons clairs : la structure de votre site web a un impact significatif sur vos performances de recherche organique. 

Le choix entre un sous-domaine ou un sous-répertoire pour certaines zones de votre site peut favoriser ou freiner votre croissance. Mais il y a aussi des cas où il est logique d'héberger une partie de votre site dans un sous-domaine.

Vraiment, ça dépend. Il est important que vous compreniez les différents scénarios d'utilisation et la manière dont ils peuvent avoir un impact sur les performances organiques de votre site. 

Alors, d'où vient la confusion ?

Ce débat vient du fait que Google traite les sous-domaines comme des entités distinctes de votre domaine principal, en grande partie parce que certains sites placent sur les sous-domaines des contenus différents qui ne devraient pas vraiment être associés au site principal. Ou dans certains cas, ces sous-domaines du domaine principal sont contrôlés par des personnes différentes.

Donc, pour revenir à notre exemple ci-dessus :

  • votredomaine.com/blog/ est considéré comme faisant partie de votredomaine.com par l'algorithme de Google
  • blog.votredomaine.com n'est pas considéré comme faisant partie de votredomaine.com, mais comme une entité distincte

Cela signifie que le contenu (et ses précieux atouts, comme les backlinks) hébergé sur un sous-domaine n'est pas pris en compte par l'algorithme de Google lors du classement du domaine principal. 

C'est presque comme si le contenu hébergé sur le sous-domaine était hébergé sur un tout autre domaine vis-à-vis du classement, et voir les choses ainsi peut vraiment aider à y voir plus clair. 

Bien que cela ne semble pas être une bonne chose, il est parfois parfaitement logique qu'un sous-domaine soit considéré comme une entité distincte du domaine principal, en particulier lorsque les sous-domaines doivent être considérés comme représentant des entreprises ou des divisions distinctes.

Souvent, un sous-domaine est lié (soit par un menu de navigation ou par des liens internes) au domaine principal, mais parfois ce n'est pas le cas. C'est un facteur clé pour décider de la voie à suivre lors de la configuration de votre site (ou d'une nouvelle section de celui-ci).

Que dit Google sur les sous-domaines par rapport aux sous-répertoires ?

La question n'est certainement pas de dire que les sous-répertoires sont bons pour le référencement et que les sous-domaines ne le sont pas. Ce n'est pas aussi simple.

Mais nous devons comprendre d'où viennent les différentes recommandations et où elles se situent par rapport aux conseils de Google.

Dans la vidéo ci-dessous, John Mueller de Google a détaillé le débat entre sous-domaine et sous-répertoires dans une vidéo de 2017. Ce conseil est toujours d'actualité aujourd'hui.

Dans cette vidéo, John déclare que :

La recherche sur le web via Google se déroule bien qu'on utilise des sous-domaines ou des sous-répertoires.
 

- John Mueller, Google

Et aussi que :

Nous devons apprendre à explorer [les sous-domaines] séparément, mais dans la plupart des cas, ce n'est qu'une formalité pour les premiers jours.
 

- John Mueller, Google

Sous-répertoires : le débat du SEO

Si Google dit qu'on peut utiliser les sous-domaines, alors où est le problème ?

Pour répondre à cette question, nous devons récapituler deux des 3 principaux facteurs de classement de Google :

  • Le contenu
  • Les liens

Ce n'est pas parce que Google affirme qu'il est possible d'utiliser des sous-domaines ou des sous-répertoires, que cela ne signifie pas que l'un ne présente pas d'avantages par rapport à l'autre.

Pour le dire autrement :

Est-ce que vous serez pénalisé parce que vous hébergez le contenu du blog de votre site sur un sous-domaine ? Non. Mais ce contenu (et les liens) pourrait-il aider votre domaine principal à mieux se classer et à gagner plus de trafic s'il s'y trouvait ? Oui !

Si le contenu et les liens sont répartis entre un sous-domaine et le domaine principal, « l'autorité » globale de ces deux entités est plus faible que si tout reposait sur le domaine principal (en utilisant des sous-répertoires).

C'est pourquoi il est courant de constater une augmentation de la visibilité et du trafic organiques globaux (par rapport aux deux considérés séparément) en cas de migration de sous-domaines pertinents vers des sous-dossiers du domaine principal.

Il suffit de regarder l'exemple ci-dessous, partagé par Andy Chadwick, et la croissance qui en a résulté lorsqu'il a fait migrer un blog (précédemment hébergé sur un sous-domaine) vers le domaine principal (maintenant hébergé comme sous-dossier).

J'ai partagé ceci sur Twitter il y a environ 4 semaines, je voulais juste le re-partager, car c'est toujours d'actualité...

Il existe de nombreux témoignages de réussite qui ont permis de réaliser des gains importants en faisant passer le contenu d'un sous-domaine vers des sous-dossiers.

Il suffit de voir ce qui s'est passé lorsque l'un des clients de Stephen Kenwright a déplacé son blog d'un sous-domaine vers un sous-répertoire :

Je ne veux pas lancer une dispute ou quoi que ce soit, mais voici ce qui s'est passé quand le blog d'une boutique cliente a été déplacé d'un blog. sous-domaine sur un sous-dossier /blog/

Ou encore de nombreux autres exemples régulièrement partagés sur Twitter.

Pour les spécialistes du SEO : J'ai constaté une augmentation de plus de 20 % du trafic organique depuis que mon blog est passé du sous-domaine au sous-dossier ainsi qu'une prise en charge d'un certain nombre d'extraits. J'aurais aimé que nous le fassions plus tôt 😀, pourquoi tant de points de vue différents sur ce sujet alors que cela semble toujours fonctionner ?

N'oublions pas que ces exemples parlent tous de la migration des blogs des sous-domaines vers les sous-répertoires et que, par défaut, les blogs sont généralement riches en contenu (souvent, la plupart des meilleurs contenus d'une entreprise se trouvent sur un blog) et que le contenu des blogs gagne généralement des backlinks. Le sous-domaine, ici, possède à la fois une pertinence thématique et une autorité qui est étroitement liée au domaine principal.

Ce qui se passe ici, c'est que le sous-répertoire hérite de l'autorité (du contenu et des liens) et de la pertinence pendant la migration et, cela combiné à l'autorité existante du domaine principal, le résultat est une augmentation de l'autorité (et de la visibilité organique qui en résulte) qui est plus importante que lorsque les deux sont considérés comme des entités séparées.

Essentiellement, un contenu de qualité qui gagne de bons backlinks contribuera presque toujours à produire de meilleurs résultats de référencement lorsqu'il est hébergé dans un sous-répertoire plutôt que dans un sous-domaine.

Sous-répertoires : les défis

Dans un monde idéal, vous auriez le contrôle total sur l'utilisation des sous-domaines ou des sous-répertoires pour telle ou telle partie de votre site.

Mais la réalité est que ce n'est généralement pas aussi simple et qu'il est fréquent que des compromis doivent être consentis en raison de limitations techniques.

Il peut s'agir de restrictions de ce type :

  • Ne pas pouvoir créer de sites internationaux dans les sous-dossiers (par exemple, votredomaine.com/fr/ et votredomaine.com/es/) 
  • Les développeurs ne souhaitant pas héberger un blog WordPress sur le même serveur qu'une boutique d'e-commerce
  • Le souhait d'utiliser une plate-forme de blog dédiée plutôt que le blog intégré d'une plate-forme d'e-commerce
  • Un formulaire de devis ou une autre fonctionnalité qui ne peut pas se trouver sur le même serveur que le site principal parce qu'il est écrit dans des langues de codage différentes

Voici là quelques exemples des décisions nécessaires pour utiliser des sous-domaines ou des sous-répertoires. 

Par exemple, Shopify vous oblige à utiliser des sous-domaines pour les boutiques internationales (de.votredomaine.com plutôt que votredomaine.com/de/), et l'utilisation de sous-répertoires n'est pas possible, quels qu'en soient les avantages. 

De même, si vous voulez utiliser un blog WordPress et que votre site tourne sur un CMS qui ne le prend pas en charge sur le même serveur (ou vous donne accès à ce dernier). Un développeur suggérera souvent d'utiliser un sous-domaine pour faciliter les choses (bien qu'il soit parfois possible d'utiliser un proxy inverse dans ce cas). 

Sous-domaine ou sous-répertoire : qu'est-ce qui me convient le mieux ?

Une chose est sûre, il y a encore beaucoup de confusion sur la question de savoir si les sous-domaines peuvent nuire ou non à vos efforts de référencement, comme nous pouvons le voir dans ce récent tweet :

C'est une excellente question. Vous avez le choix entre un chemin d'accès à l'url ou un sous-répertoire comme /blog et un sous-domaine du type blogs.blabla. Je crois que c'est absolument vous qui voyez et qu'il n'y a pas de différences majeures pour le jus de Google. Les URL sont des IU, utilisez celle qui vous convient.

Si l'intention derrière ce message est sincère, il montre que les avis sont encore partagés sur la question de savoir si Google les traite différemment ou non.

La plupart des membres de la communauté SEO sont d'accord pour dire que s'il n'y a pas de restrictions techniques, de restrictions légales dans les différents pays, etc., il est préférable d'héberger le contenu dans un sous-répertoire plutôt que dans un sous-domaine.

J'ai vu deux startups qui ont soulevé la question des séries A cette semaine avec des blogs hébergés sur un sous-domaine. Il faut leur dire que c'est terrible pour leur SEO.

Cela dit, on doit également tenir compte du contexte de cette décision et ce que vous envisagez d'héberger sur un sous-domaine. 

S'il s'agit d'un blog ou d'une boutique e-commerce, la préférence doit toujours être donné à l'hébergement du contenu dans un sous-répertoire.

Mais s'il s'agit d'un formulaire de devis ou d'un contenu qui n'est pas susceptible d'apporter une valeur ajoutée à votre site, que ce soit du point de vue de la pertinence ou du sujet, ne vous limitez pas automatiquement aux sous-répertoires. 

S'il y a une raison d'utiliser un sous-domaine, alors il ne faut pas l'ignorer, et les fonctionnalités comme les formulaires de devis ou même les centres d'assistance (souvent derrière un écran de connexion) ne vont pas nuire au potentiel de référencement de votre site si elles sont hébergées de cette manière. En réalité, dans ces cas, vous ne verrez probablement pas de différence si vous utilisez des sous-répertoires.


Dans la plupart des cas, un sous-répertoire est privilégié aux sous-domaines d'un point de vue du référencement. Cependant, il y a des considérations auxquelles vous devez réfléchir avant de prendre une décision.

S'agissant de contenu comme votre blog, c'est une décision facile à prendre, mais d'autres types de contenus et de fonctionnalités de site doivent être pris en compte, ainsi que les avantages et les inconvénients de chaque option. Ce n'est pas toujours un choix facile à faire.

Assurez-vous simplement de comprendre comment votre décision peut avoir un impact sur les performances SEO de votre site et apportez ces justifications lorsque vous discutez de la bonne voie à suivre avec les développeurs et les autres parties prenantes !

Surveiller et résoudre les problèmes techniques

avec Audit de site de Semrush

ADS illustration

Author Photo
Olivier AmiciJe suis en charge du développement marketing pour le marché Français et Francophone, de l’organisation des événements en ligne, des partenariats marketing/éducatifs, de la chaîne YouTube et du blog Semrush France.
Subscribe to learn more about SEO
By clicking “Subscribe” you agree to Semrush Privacy Policy and consent to Semrush using your contact data for newsletter purposes