logo-small

Liens toxiques : restez maître de votre linking !

64
Wow-Score
Le Wow-Score montre la capacité d'engagement d'un billet de blog. Il est calculé en fonction de la corrélation entre le temps de lecture actif de l'utilisateur, sa vitesse de défilement et la longueur de l'article.
En savoir plus
64 Wow-Score  =  

Liens toxiques : restez maître de votre linking !

Victor Lerat
Liens toxiques : restez maître de votre linking !

Lancé en 2012, Google Pingouin a été conçu dans le but de pénaliser et de déclasser les sites usant de techniques « borderlines » pour améliorer artificiellement leur popularité.

Pour faire simple, Google Pingouin détecte les mauvais liens (liens toxiques) pointant vers votre site et Google ajuste votre positionnement naturel en fonction des résultats obtenus.

Google Pingouin 4 : avec ou sans fichier de désaveu ?

Aujourd’hui, Google Pingouin fait partie intégrante du cœur de l’algorithme de Google. Depuis le 23 septembre 2016, Google Pingouin, serait en mesure de ne sanctionner qu’une page spécifique plutôt que la totalité d’un site.

D’après Gary Illyes, il est devenu inutile de désavouer les liens toxiques dans le fichier prévu à cet effet. En effet, depuis la version 4 de Google Pingouin, l’algorithme ne prendrait plus en compte les liens spammy et de mauvaise qualité. Aucune note négative ne serait affectée à votre site et seuls les liens de bonne qualité seraient pris en compte par l’algorithme pour établir votre positionnement sur Google.

Cette version utopiste est assez peu probable puisqu’il suffirait de spammer le web pour obtenir parfois des bons liens (pris en compte) et parfois des mauvais liens (non pris en compte). On reviendrait 10 ans en arrière avec cette version évoquée de Google Pingouin 4.

De plus, Gary Illyes a ajouté, lors d’un échange avec Barry Schwartz sur Facebook, qu’il était tout de même nécessaire de mettre à jour votre fichier de désaveu pour éviter les pénalités manuelles. Tiens donc…

Ces différentes sorties médiatiques nous amènent à penser que l’audit de votre linking a encore de beaux jours devant lui.

Surveillez vos liens entrants et nettoyez vos liens toxiques et accessibles !

Pour les backlinks restants, le fichier de désaveu sera peut-être votre seule solution pour indiquer à Google que ces liens sont toxiques et que vous ne souhaitez pas qu’un humain ou que Google Pingouin les prennent en compte.

En référencement naturel, l’importance du netlinking n’est plus à démontrer et désintoxiquer son profil de lien restera indispensable tant que les pénalités manuelles seront toujours en place chez Google.

Qu’est-ce qu’un lien toxique ?

Et si pour Halloween, vous partiez en croisade contre vos liens toxiques ? Dans un 1er temps, revenons sur ce type de liens qui s’avère dangereux et à éviter pour pérenniser le positionnement de votre site web sur Google et les autres moteurs de recherche.

Avant de pointer du doigt les annuaires, les sites dédiés aux communiqués de presse ou les commentaires de blog, il est surtout important de définir vos critères de toxicité d’un lien.

De mon point de vue, un lien toxique c’est :

  1. Un lien posé sur un domaine non indexé

Commentaire : utilisez la commande « site: » pour le vérifier.

  1. Un lien posé sur une page qui ne se référence pas sur sa balise « title »

Commentaire : effectuez une simple recherche sur Google pour vous en assurer ou utiliser un outil comme SEMRush, Monitorank ou Positeo.

  1. Un lien posé sur un site dont le Trust Flow est largement inférieur au Citation Flow de Majestic SEO

Commentaire : les sites avec un large écart en le CF et le TF sont souvent considérés comme spammy par Google. Attention car cette règle n’est pas véridique pour tous les sites.

  1. Un lien posé sur un site bloqué, malveillant ou infecté de virus
  2. Un lien posé sur un réseau de sites avec des footprints similaires

Commentaire : vérifiez plusieurs critères et évitez de poser des liens sur des réseaux de sites trop facilement détectables : sites ayant la même IP, le même registrant, la même class C, le même identifiant Google Analytics ou Adsense, etc.

  1. Un lien posé sur un domaine endormi

Commentaire : Google pourrait considérer comme suspect que vous obteniez un lien depuis un site qui n’a pas été mis à jour depuis longtemps et qui n’obtiens plus de BL depuis plusieurs mois.

  1. Un lien caché à l’internaute mais pas à Google (via cloaking ou CSS)
  2. Un lien posé sur une ancre de lien sur-optimisée et non naturelle (Ex : « voyage pas cher séjour Ibiza »)

Commentaire : dans certaine thématique et face à la concurrence, il est parfois indispensable de poser des liens sur des ancres exactes. Assurez-vous que ce type de lien ne représente par une part trop importante de votre profil de liens et posez ces liens sur-optimisés sur vos meilleures sources (sites populaires et disposant d’un bon indice de confiance vis-à-vis de Google).

  1. Un lien posé sur un commentaire de blog non thématique avec une ancre sur-optimisée

Commentaire : évitez à tout prix le spamco sur les blogs qui ne modèrent pas les commentaires et où l’ensemble des commentaires sont spammy (commentaires promotionnels, trop courts, sans rapport avec l’article…). L’ancre d’un commentaire de lien doit toujours se faire sur la marque ou sur le nom d’un profil rattaché à la marque.

0d5b5342025ef7820933a4e4358b2a8c.png

Quels sont les outils à utiliser pour démasquer les liens à risque ?

Là encore, tous les consultants n’ont pas la même méthodo et utilisent des outils différents mais qu’ils affectionnent afin de débusquer les liens toxiques pointant vers un site web.

Pour des sites de petite à moyenne envergure, il est possible de partir sur des outils classiques et bien connus du grand public que l’on viendra coupler avec un fichier Excel pour traiter les données : SEMrush, Majestic SEO, Ahref, SEObserver.

L’outil Backlink Audit proposé par SEMrush permet d’importer tous les liens de votre compte Search Console et d’obtenir une liste des liens toxiques pointant vers votre site web. Cette liste est définit en fonction de plusieurs critères dont certains ont été évoqués plus haut. Une note de 0 à 100 est donnée à un lien et représente son niveau de toxicité. Plus la note est proche de 100 plus le lien incriminé paraît suspect.

Ensuite, à vous, humain, de vérifier que cette liste est exacte et de retirer les liens qui vous semblent bons.

Cet outil permet de constituer un fichier de désaveu de manière simple et efficace. Une analyse plus approfondie permettra d’ajuster votre fichier et d’offrir à Google un document complet et comprenant uniquement les liens toxiques qu’il ne devra plus prendre en compte.

Au-delà d’un certains nombre de liens et pour les sites de grands comptes, les outils cités plus haut s’avèrent un peu limités et il est préférable de partir sur des solutions plus adaptés :

  • Linkdetox : l’outil est assez cher mais très puissant. Il permet de croiser différentes KPI pour définir un score de risque et de pondérer ce score en fonction des ancres et de vos critères.

Il existe également :

  • Cognitiveseo
  • Monitorbcklinks

Nettoyez votre profil de liens : 4 choix s’offrent à vous

Après analyse de votre profil de liens, des actions de nettoyage doivent être envisagées. Attention, il faut agir au cas par cas pour ne pas perdre les bons positionnements acquis sur certaines requêtes.

Les actions à mettre en place sont simples mais assez longues et fastidieuses :

  • Suppression du lien : si vous avez la main sur le site et qu’il s’agit d’un lien toxique, c’est la meilleure solution. N’ayez pas peur de supprimer un lien qui vous veut du mal !
  • Modification de l’ancre : si le lien posé est sur-optimisé mais que la source est bonne, une simple modification de l’ancre de lien peut suffire.
  •  Modification de l’emplacement du lien : si le lien posé était disponible en page partenaire avec des dizaines d’autres liens, par exemple, proposez un bel article à rajouter sur le blog avec votre lien.
  • Désaveu : si aucune des 3 actions évoquées n’est possible et que le lien s’avère toxique, il est plus prudent de rajouter ce lien dans votre fichier de désaveu.

En 2017, préférez la valeur ajoutée !

Définir avec exactitude le « bon lien » reste subjectif et tous les référenceurs n’auront pas la même définition à ce sujet. Pour ma part, un bon lien doit respecter les critères suivants :

  1. Il est situé sur un site thématique (ou à très forte popularité)
  2. Il est situé sur un site populaire et de confiance vis-à-vis des Internautes (et donc de Google)
  3. Il est situé sur une page d’un site qui est elle-même proche de la page d’accueil
  4. Il est intégré de manière contextuelle
  5. Il est intégré de manière pertinente tant au niveau de l’emplacement que de l’ancre de texte
  6. Il doit donner l’envie de cliquer pour « en savoir plus ».
  7. Il apporte du trafic qualifié !
  8. Un lien naturel ?

En 2017, c’est l’apport de valeur ajoutée qui rendra vos liens qualitatifs. Jouez la carte de l’originalité et de la créativité pour obtenir des liens sexy !

Victor Lerat est tombé dans le web en 2010. Après 3 années d'expérience en agence de webmarketing, Victor s'est lancé octobre 2015 sur le marché des freelances à Nantes. Il est aujourd'hui Consultant SEO et accompagne des TPE/PME à se développer sur le web et notamment grâce au référencement naturel.
Partager cet article
ou

Commentaires

Il reste 2000 caractères
Assistance informatique  76
Merci pour cet article Victor ...je suis en train de référencer le site web d un de mes clients et j en profite par la meme occasion pour faire un grand coup de propre dans mes backlinks ..
Assistance informatique  76
Salut Victor la commande site:mondomain.fr à été désactivé par Google il y peu de temps ....
Have a Suggestion?