10 conseils pour optimiser la performance d'un site internet

59
Wow-Score
Le Wow-Score montre la capacité d'engagement d'un billet de blog. Il est calculé en fonction de la corrélation entre le temps de lecture actif de l'utilisateur, sa vitesse de défilement et la longueur de l'article.
En savoir plus

10 conseils pour optimiser la performance d'un site internet

Jérôme Perrin
10 conseils pour optimiser la performance d'un site internet

D’après certaines études, 40% des internautes quitteraient un site internet lorsque le temps de chargement dépasse 3 secondes. Ce chiffre, très contestable, dépend bien évidemment des secteurs d’activité, des industries et des pays. Dans la pratique, les gens commencent à se montrer impatients lorsque le temps de chargement dépasse les 5 secondes. Et au delà de 10 secondes, on peut partir du principe que la lenteur devient un élément rédhibitoire dans le succès de tout site internet.

Le fait est que le temps de chargement va être la première impression que vous allez laisser à vos internautes. Tout en sachant qu’une première impression laisse rarement sa chance à une seconde impression, un temps de chargement trop lent va, dès le départ, impacter négativement l’image de votre site internet.

À l’inverse, un temps de chargement très rapide va laisser beaucoup d’internautes complètement indifférents.

Si les gens estiment normal qu’un site internet se charge de façon exceptionnellement vite - et ne vont pas s’en étonner - ils n'acceptent pas le fait qu’il se charge lentement.

Vous pouvez faire ici la comparaison avec les chaînes de télévision : en passant d’une chaîne à l’autre - en zappant - vous ne comprendriez pas d’être obligé d’attendre 10 secondes pour pouvoir visionner votre film.

L’Internet n’a pas encore résolu ce que la télévision a établi comme un acquis depuis longtemps.

tv-set.jpg

Si le site internet que vous souhaitez consulter prend du temps à se charger, vous allez rapidement zapper à un autre site internet.

C’est la raison pour laquelle la question du temps de chargement est stratégique. Certaines sociétés, et notamment les big tigers du monde digital tels qu’Amazon, réalisent même des études au millième de seconde près - et s’escriment à vouloir corréler le gain de chiffre d’affaires avec la baisse du temps de chargement de leur site internet.

Temps de chargement et chiffre d’affaires sont inversement proportionnels : plus l’un baisse, plus l’autre augmente.

La calculatrice de Think With Google propose même un outil, vraiment théorique, qui permettrait de calculer l’un en fonction de l’autre.

think-with-google.png

Quoiqu’il en soit, le temps de chargement est un facteur déterminant dans le classement SEO tel que décidé par les moteurs de recherche. Parmi les dizaines de critères établis par Google, Bing et Yahoo!, le temps de chargement bénéficie d’une pondération très importante dans le classement final qu’obtiendra un site internet.

Beaucoup de décideurs se demandent comment être en première page de Google. Dans cette quête du Graal, travailler sur le temps de chargement de votre site vous permettra certainement d’arriver à cette page tant convoitée.

Avant de dévoiler une liste de 10 conseils qui vous aideront à optimiser la performance de votre site internet, il apparaît capital de bien comprendre d’abord comment un site internet fonctionne concrètement. Les conseils détaillés ci-après n’en seront que plus compréhensibles par la suite.

Alors comment fonctionne un site web ?

Un site internet est un ensemble de fichiers qui se trouvent dans un classeur chez un hébergeur. Des fichiers qui, lorsque vous en faites la requête (c’est-à-dire lorsque vous souhaitez consulter un site internet en écrivant ou en cliquant sur son nom de domaine), sont envoyés à votre ordinateur, votre smartphone ou votre tablette. Une fois ces fichiers arrivés à destination, c’est le navigateur de l’appareil que vous utilisez qui transforme tous ces fichiers en une représentation numérique.

La performance d’un site internet dépendra donc principalement de l’agencement technique des 3 éléments suivants :

  • votre classeur,
  • votre hébergeur,
  • votre navigateur.

Voici maintenant la liste des 10 conseils.

Un 11ème conseil vous attend dans la conclusion de cet article si vous le lisez jusqu’à la fin.

1. Ordonnez votre classeur

Il existe de multiples façons de construire un site internet. Si vous choisissez un CMS (Content Management System) tel que WordPress, vous pourrez vous enlever dès le départ une épine du pied, car ce type de technologie vous garantira normalement d’obtenir un temps de chargement optimal sur le long terme.

Si vous utilisez WordPress, ce CMS ordonnera les fichiers de votre site internet dans un classeur principal comprenant 3 sous-classeurs, ayant chacun une fonction différente (wp-admin, wp-content, wp-includes).

wordpress.png

Il existe mille et une façons d’agencer correctement votre classeur, vos sous-classeurs et vos fichiers. En fonction de votre manière de penser votre rangement, le temps de chargement ne sera pas le même.

2. Organisez vos contenus

Selon une étude SEMrush sur la performance des sites web en 2018, 68% des sites analysés comptent aujourd’hui des fichiers JavaScript et CSS non minifiés. En les minifiant, c’est-à-dire en supprimant les lignes inutiles, les espaces et les commentaires du code source, vous devriez parvenir à gagner quelques précieuses micro-secondes.

Par ailleurs, certains éléments sont beaucoup plus lourds que d’autres. Faites intervenir les quelques éléments qui posent problème après - et non l’inverse. En procédant ainsi, vous allez fluidifier le processus dans la mesure où les quelques éléments perturbateurs, finalement peu en nombre, interviendront en bout de chaîne - quand la page aura été chargée correctement - au lieu d’intervenir au début du processus.

Vous évitez ainsi qu’ils bloquent le chargement correct de votre page. S’ils interviennent au début, ils bloqueront tout. Si vous les faites intervenir en bout de chaîne, ils ne pourront plus bloquer grand chose.

En faisant cela, vous décongestionnez la route censée amener vos fichiers à vos internautes, tout en éradiquant les bouchons éventuels.

3. Compressez vos images

Les images peuvent être un élément de lourdeur important sur un site internet. Il existe différents outils vous permettant de compresser vos images. Si vous avez opté pour le CMS WordPress, le plugin WP Smush devrait par exemple vous permettre de compresser toutes vos images de façon efficace. De nombreux outils en ligne libres de droit vous permettent de cropper, redimensionner et/ou compresser vos images. Citons TinyPNG pour la compression d'images par exemple. 

tiny-png.png

4. Utilisez la fonction embed

Pensez également à la fonction embed, disponible sur de nombreux réseaux sociaux. Si vous avez par exemple conçu des spots publicitaires ventant les mérites des produits que vous commercialisez, le simple fait de stocker ces vidéos sur Youtube ou Vimeo vous permettra d’alléger le classeur dans lequel sont rangés vos fichiers chez votre hébergeur.

vimeo.png

Vos différents contenus - schémas, graphiques, images, illustrations, vidéos - ne seront pas alors stockés chez votre hébergeur mais appelés via une ligne de code que vous aurez placée dans les fichiers html de votre classeur.

5. Travaillez avec des professionnels chevronnés

Un site internet est un ensemble de fichiers rangés dans un classeur chez un hébergeur et consultables via un navigateur.

Un webmaster ou un développeur vous permettra de ranger et ordonner correctement votre classeur. Il vous aidera à bien gérer les fichiers du CMS (Content Management System), du template, des plugins, des widgets, etc - si vous utilisez un CMS pour propulser votre site internet.

Si vous n’optez pas pour un CMS, mais pour un site internet fait sur mesure, demandez alors à votre équipe de développement de faire en sorte, dès le départ, que tout soit construit pour permettre un temps de chargement optimal de votre future plateforme numérique.

C’est un élément que vous pouvez notamment ajouter dans les objectifs, les résultats escomptés et les spécifications techniques, si vous décidez par exemple de travailler avec une agence web.

6. Choisissez un bon hébergeur

La performance technique de votre hébergeur web, pour des raisons évidentes, aura une influence déterminante sur la performance de votre site internet. Que votre site internet soit chez un hébergeur de renommée internationale, tel que OVH, Bluehost ou HostGator, ou qu’il soit chez une toute petite PME située à Palaiseau, cela n’aura pas du tout le même résultat.

hebergeurs-web.jpg

Informez-vous sur la multitude des packages proposés par les hébergeurs de référence. En fonction des critères techniques, les prix vont de quelques euros à plusieurs centaines d’euros par mois. Le temps de chargement sera normalement la différence principale entre les différentes formules commerciales présentées chez les hébergeurs.

7. Utilisez un CDN

Un CDN est un Content Delivery System, c’est-à-dire une solution via laquelle les fichiers de votre classeur seront envoyés depuis une instance qui ne se trouve pas trop éloignée, géographiquement parlant, de l’internaute qui souhaite consulter votre site internet - et donc recevoir les fichiers de votre site internet sur son navigateur.

Si un internaute australien souhaite par exemple naviguer sur un site internet hébergé à l'international, le fait d’envoyer les fichiers depuis l’Australie au lieu du Japon aura un impact non négligeable sur le résultat final. Ipso facto, les délais de livraison des fichiers ne seront pas du tout les mêmes.

La plupart des hébergeurs de référence proposent des CDN permettant d’optimiser la performance de tout site internet. N’hésitez pas à consulter votre hébergeur pour avoir plus d’informations.

8. Paramétrez correctement votre mise en cache

La mise en cache est, entre autres, ce qui permet de faire en sorte que lorsqu’un internaute consulte les différentes pages de votre site internet, les différents éléments correspondant à cette page ne doivent pas à chaque fois être servis par l’hébergeur, et donc rechargés, lors des diverses consultations.

Une fois une page consultée, ces éléments sont alors enregistrés un certain temps sur le disque dur de l’ordinateur de l’internaute. Et cette page, lorsqu’elle sera re-consultée par l’internaute, apparaîtra alors immédiatement, quasiment sans aucun temps de chargement puisque les fichiers ne sont plus alors servis par l’hébergeur, mais directement par le navigateur utilisé sur son ordinateur.

Si vous utilisez un CMS (Content Management System), l’un des avantages est que vous pourrez dénicher des plugins gratuits vous permettant de mettre en place de nombreux aspects techniques de votre site internet, incluant la mise en cache. Citons par exemple W3 Total Cache pour le CMS WordPress.

plugin-wordpress.png

Un module de mise en cache crée une version statique de votre site quand un visiteur atterrit sur ce dernier. Puis il sert cette version statique au visiteur la prochaine fois qu’un autre visiteur ou le même visiteur reviendra.

Si vous travaillez avec une agence web, ce type de module devrait normalement avoir été mis en place par les équipes techniques. Globalement, il permet de minimiser la quantité de données qui doit circuler entre le navigateur de l’utilisateur, la base de données de votre site et votre hébergeur.

9. Testez la célérité de votre site

Il existe de multiples outils vous permettant de tester la célérité d'un site internet. Citons par exemple Site Audit de SEMrush, PageSpeed Insights de Google, GTmetrix, Dareboost, YSlow ou encore Pingdom. Certains vont même jusqu’à donner leurs recommandations, tout en proposant leurs services, après avoir affiché leurs résultats.

semrush.png

Certains outils présentent également, avec la fonction Waterfall, une représentation au millième de seconde de ce qui se passe exactement, sur votre site internet, lors des quelques secondes du temps de chargement.

Si, tout comme 30% des administrateurs de site internet, vous utilisez WordPress comme CMS pour propulser votre site internet, il existe différents plugins vous permettant de faire le tri dans les plugins qui apportent le plus de lourdeur dans le classeur qui contient l’ensemble des fichiers de votre site internet. Citons par exemple le plugin P3 (Plugin Performance Profiler), développé par GoDaddy, qui permet de savoir quels sont les plugins qui posent le plus de problèmes dans le temps de chargement de votre site.

Nota Bene concernant le plugin P3 (Plugin Performance Profiler) et les plugins WordPress de façon générale : lors de l’installation de tout plugin WordPress, vérifiez bien si le plugin est compatible avec la version du CMS que vous utilisez.

10. Utilisez un sablier

Si l’une de vos pages se charge trop lentement, vous pouvez mettre en place un sablier, avec un % allant de 0 à 100, indiquant à l’internaute l’évolution du chargement de la page web qu’il souhaite consulter.

Si une page se charge en plus de 5 secondes sans sablier, la probabilité pour que l’internaute la quitte est grande. Alors que si la même page se charge avec un sablier, la probabilité pour que l’internaute ne la quitte pas augmente, malgré sa lenteur.

Le sablier capte son attention et le divertit, l’oblige à réfléchir sur le temps de chargement restant et pendant tout ce temps, l’internaute pense… et la page finit par arriver à son écran. C'est comme dans un film : en projetant un tel sablier à vos internautes, vous détournez leur attention pendant un certain temps - et ils ne remarquent plus du tout le temps s'écouler.

sablier.png

Vous vous devrez de soigner le design de cette « page sablier » : plus cette page sera réussie, plus elle permettra d’augmenter la tolérance à l’attente du cybernaute, et donc son temps de présence.

L’installation d’une belle "page sablier" pour faire patienter l’internaute peut aider à garder ce dernier, surtout si elle a été bien désignée. Mais elle peut également ajouter quelques microsecondes supplémentaires au temps de chargement global de la page web.

Au final, il faut donc trouver le parfait équilibre pour obtenir un temps de chargement optimal, avec sablier ou sans sablier, réduisant le plus possible son intolérance à l’attente.

On peut tout à fait mettre en place dans un premier temps une belle page web avec un sablier, travailler sur le design général et la performance de la page en question, pour ensuite enlever le sablier quand celui-ci n’est plus utile.

Un 11ème conseil en guise de conclusion

Le temps de chargement sera un élément capital dans le succès final de votre site internet. Il est tout simplement la première mauvaise impression qu’il pourrait hypothétiquement laisser. Si le temps de chargement de votre site internet est exceptionnel, vos internautes n’en feront pas les louanges pour cette raison. Mais s’il est trop lent à se charger, les internautes pourraient bien in fine zapper vers d’autres sites plus performants. Et votre classement SEO pourrait en pâtir.

Internautes, cyber-consommateurs et moteurs de recherche ont une prédilection pour les sites web qui se chargent rapidement.

Aussi beaucoup souhaitent absolument, pour leur site internet, qu’un niveau de performance le plus important possible soit atteint. Et finissent par oublier que le temps de chargement est un élément, parmi bien d’autres, de la réussite d’un écosystème numérique.

En souhaitant absolument que leur site internet puisse se charger en moins de 3 secondes, ils finissent par construire un arbre qui obstrue à la fois leur champ de vision et l’horizon - et par en oublier l’essentiel : d’après GTmetrix, le temps de chargement moyen s’élève actuellement à 6,7 secondes, sur la toile. Cela signifie que des centaines de millions de sites internet, aujourd’hui, se chargent entre 6,7 et 10 secondes…

hermes.png

Si votre site internet se charge entre 1 et 3 secondes et que vous ne comprenez pas pourquoi il ne se charge pas en moins d’une seconde, ne faites pas preuve d’intransigeance. Dites-vous qu’il est tout simplement largement meilleur que la moyenne observée sur le net. Et qu’il est, bien évidemment, vraiment largement meilleur que des centaines de millions d’autres.

Évaluez la performance de votre site web

avec l'outil Site Audit de SEMrush

Please specify a valid domain, e.g., www.example.com

Vous aimez cet article ? Suivez-nous via le RSS et lisez d'autres articles intéressants :

RSS
J’aide les professionnels à développer leur activité grâce au digital, aux technologies numériques et au webmarketing. J’ai fondé J4JAY Studio Web, agence web spécialisée en création de sites internet, SEO, social media et stratégies numériques. Vous pouvez me retrouver sur mon site internet saffyr.com.
Partager cet article
ou

Commentaires

Il reste 2000 caractères