logo-small

Comment réussir sa migration SEO ? #semrushconf

50
Wow-Score
Le Wow-Score montre la capacité d'engagement d'un billet de blog. Il est calculé en fonction de la corrélation entre le temps de lecture actif de l'utilisateur, sa vitesse de défilement et la longueur de l'article.
En savoir plus

Comment réussir sa migration SEO ? #semrushconf

Alina Petrova
Comment réussir sa migration SEO ? #semrushconf

Il y a quelques semaines, nous avons eu le plaisir de recevoir Aymeric Bouillat, spécialiste en référencement naturel, consultant SEO chez Résonéo.

Dans ce webinaire dense et passionnant, Aymeric Bouillat nous a expliqué les choses à faire et à ne pas faire pour réussir sa migration SEO. Si vous voulez être sûr d’éviter les catastrophes qui nous guettent tous lors de ce genre d’opération, ce recap vous sera très utile. Sans compter qu’une migration peut vous apporter de nombreuses améliorations.

Une migration, c’est comme un déménagement...

Tout le monde s’accorde sur ce point : une migration, c’est complexe. Mais il faut la voir comme une opportunité, un peu comme un déménagement dans un meilleur appartement. Une comparaison qu’Aymeric reprendra souvent et qui servira de fil rouge à ce webinaire.

Attention aux URLs !

Les URLs constituent la plus grande source d’erreurs lors des migrations. Il faut avant tout s’assurer de la bonne circulation des informations entre les développeurs du site et les équipes SEO et marketing.

Cela implique d’être précis dans les informations données à vos équipes techniques, notamment pour les paramètres d’URL. Sinon, vous risquez de générer du contenu dupliqué sur la nouvelle plateforme.

Mettre les moyens

Financièrement, une migration demande beaucoup de moyens. Pour des sites avec des centaines de milliers d’URL, mettre un plan de redirection en place est assez long. Il ne faut pas lésiner. D’autant plus qu’une migration ratée est très dure à rattraper.

Un certain nombre d’erreurs 404 sur des pages importantes peut demander plusieurs semaines de travail, voire plusieurs mois, pour redresser la barre.

Aymeric recommande aussi d’avoir parmi ses équipes techniques un consultant pour les vagues de redirection, sur les serveurs Apache ou autres.

Quant à vous, vous devez vraiment vous positionner comme lead sur toute la partie URL, car il y a des enjeux : une question de netlinking, de popularité à conserver.

La préparation du déménagement

Il n’existe pas de meilleure méthode. La méthodologie varie en fonction de la typologie des sites web.

Certains petits sites ne vont demander aucune attention sur les paramètres d’URL.

D’autres auront un historique très lourd du point de vue de la redirection, et il faudra gérer non seulement les redirections de l’ancien site vers le nouveau, mais aussi les redirections des anciennes URLs vers les nouvelles, pour éviter des chaînes de redirection.

Avant tout, il faut récupérer différents KPIs pour se concentrer sur l’essentiel des URLs et être sûr de ne pas passer à côté des landing pages qui génèrent le plus de trafic.

Déménagez en priorité ce dont vous vous servez le plus, faites le tri.

Pour la liste des URLs à migrer, Aymeric recommande plusieurs outils :

  • Google Analytics pour obtenir les Landing Pages qui reçoivent le plus de trafic.

  • Google Search Console pour connaître les URLs qui génèrent des impressions dans les pages de résultats, mais très peu de visites. Ces URLs ont un potentiel de positionnement à ne pas négliger.

  • Majestic SEO ou Ahrefs pour conserver la popularité par rapport aux liens que le site à déménager reçoit.

Évidemment, dans ce dernier cas, on en profite pour se débarrasser des pommes pourries (les pages où pointent des blacklinks d’une campagne de negative SEO, par exemple) et se focaliser sur les URLs les plus importantes.

Les logs

Les logs représentent une bonne aide et une bonne remontée d’informations.

Comme ils sont souvent négligés, ils peuvent être la première cause d’un échec lors d’une migration.

En effet, quand vous faites une règle de redirection, tous les paramètres sont recopiés sur la nouvelle page (dans les serveurs Apache). Des paramètres qui ne sont pas nécessairement utiles dans le nouveau CMS risquent de se trouver recopiés et vous allez donc avoir des pages dupliquées sur votre site.

Il va donc falloir être très précis auprès de l’IT.

Il faut analysez ces paramètres, regarder si :

  • ils modifient le contenu de la page

  • ils vont être utiles sur le nouveau site (auquel cas, il faudra adapter les règles de redirection)

Parfois ces paramètres peuvent être mélangés à d’autres, et il est alors impératif de faire le tri.

Par ailleurs, par l’analyse de logs, on peut récupérer les redirections 301 qui sont déjà en place.

Utilisation de la typologie des URLs

Aymeric nous donne un conseil en or pour gagner du temps :

Utilisez la typologie et les catégories des pages (page produit, catégorie, édito, guide...).

Ainsi, dans le cas d’un produit qui n’est pas reconduit ou d’une catégorie qui disparaît, on pourra alors voir rapidement tous les produits qui disparaissent, à quelle catégorie ils sont associés et les rediriger vers une page catégorie ou un produit similaire.

Pour ça, Screamingfrog est un outil très utile. Par l’utilisation d’expressions régulières ou de xpress, vous allez pouvoir récupérer dans la page produit un ID du produit et l’associer à une URL (grâce à un formulaire, une class CSS ou tout simplement une référence produit dans le contenu).

En effectuant le même travail sur le nouveau site, vous aurez une clé commune entre les anciennes URLs et les nouvelles pour générer les correspondances entre les anciens et les nouveaux produits.

C’est une technique qu’Aymeric a expérimentée à plusieurs reprises et qui fait gagner pas mal de temps.

Paramètres d’URL

Une URL d’une fiche produit peut avoir 200 ou 300 URLs quasi identiques (à l’exception des paramètres), et pour peu que chacune de ses pages ait généré une visite, si on les regroupe toutes, ça va changer la donne dans notre priorisation.

C’est pour ça qu’on va traiter d’un côté les URLs avec paramètres et de l’autre celles pour lesquelles on les supprime.

Ensuite, on déduplique et fusionne les KPIs pour avoir une vision plus claire des visites générées par chacune d’entre elles.

Nettoyage des 404

Pour le nettoyage des 404, il est intéressant de préparer le terrain avant la migration.

On fait du rangement pour mieux s'y retrouver après le déménagement.

Quand vous avez un bureau avec tout un tas de papiers dessus, vous ne le prenez pas comme ça pour le déménager : on en profite pour ranger et trier tous ses papiers. C’est un peu ce qu’on va faire avec les 404. On voit quelles sont les pages concernées et, dans la mesure du possible, on essaie de corriger les erreurs. Ainsi, le jour de la migration, vous y verrez beaucoup plus clair quand les 404 apparaîtront.

Redirections avec Apache

Aymeric nous prévient qu’il s’agit d’une partie un tout petit peu plus technique.

Sur les serveurs Apache, on peut utiliser la directive Redirect, qui permet de rediriger une ancienne page vers une nouvelle page.

Le problème de cette directive, c’est que par défaut, quand on ne précise rien, Redirect fait une redirection 302, ce qui peut nuire à notre SEO.

On va préférer utiliser la directive Redirect 301 en précisant l’état, ou, plus simplement, la directive RedirectPermanent, qui est plus light.

Mais attention, les RedirectPermanent ne prennent absolument pas en compte les paramètres d’URL. La chaîne de paramètres sera transmise. Ce qui peut être catastrophique.

Pour gérer les paramètres, il faut utiliser des RewriteRules.

Les Images

Lors des migrations, il y a un élément qu’on oublie parfois : les images. Pourtant, sur certains sites, c’est une très forte source de trafic. Dans l’univers de la déco, par exemple, les images, via Google images, ont un taux de conversion plus élevé.

  • Pensez à rediriger les images dans le cas où les URLs changent.

  • Utilisez les logs pour analyser le comportement de Googlebot-Image.

  • Limitez la duplication en indiquant l’élément canonical dans les en-têtes HTTP.

Gagner en souplesse

Les fichiers htaccess ne sont pas recommandés par Apache. Ils ne sont à utiliser que si vous n’avez pas accès à la configuration du serveur.

On peut bloquer la configuration des fichiers htaccess. Alors, Apache ne va plus les vérifier et vous allez gagner en performance.

Une expérience a montré à Aymeric que deux fois plus de requêtes avaient pu être effectuées sans htaccess. En plus ça impacte directement l’optimisation du taux de crawl !

Une autre optimisation consiste à associer une condition de réécriture (RewriteCond) à plusieurs règles. Pour cela, on va utiliser la fonction Apache : skip. Elle permet, en fonction d’une condition, de sauter un certain nombre de règles.

On déménage...

Une fois qu’on met en ligne le nouveau site, on récupère tout un tas de KPIs, et dans les jours qui suivent, on suit de très près la migration pour voir comment ça se passe.

En général, on bascule toutes les anciennes URLs vers les nouvelles : c’est la migration de type Big-Bang. Mais on n’a pas nécessairement de visibilité sur la montée en charge, et ça peut faire planter le site.

Certains préfèrent des solutions plus progressives :

  • Le biseau, qui consiste à migrer dans un premier temps 5 % du trafic, puis 10 %, puis 15 %, etc. Dans ce cas, il vaut mieux bloquer l’indexation du site à Google.

  • L’A/B testing, en proposant aux utilisateurs, via un bandeau ou un pop-up, de tester le nouveau site.

Aymeric nous invite à ne pas soumettre le sitemap des nouvelles URLs dès le lancement de notre nouveau site. En effet ça renforcerait la duplication de contenu temporaire.

Les erreurs à éviter

En conclusion, Aymeric nous donne quelques conseils pour éviter les erreurs majeures en migration SEO.

  • Ne pas négliger les chaînes de redirection et les tester jusqu’au bout.

  • Éviter les correspondances vers la home de façon massive. Au-delà d’un certain seuil, ça peut provoquer une pénalité très violente de la part de Google.

  • Conserver les redirections 301 et éviter de rediriger les URLs qui ne sont pas importantes (pour ne pas gonfler votre fichier).

En un mot, donnez de l’amour à vos URLs !

Je suis responsable du Content Marketing chez SEMrush France et rédactrice sur ce blog.
Passionnée par la création de contenu, j'écris des articles sur le Content marketing, le SEO et la stratégie digitale.
J'ai plus de trois ans d'expérience dans la rédaction et la traduction de contenu pour le web.
Adresse mail : a.petrova@semrush.com
===========================================================================================
Content Marketing manager at SEMrush French Marketing team.
I write about Content Marketing, SEO and Digital Strategy.
My email: a.petrova@semrush.com
Partager cet article
ou

Commentaires

Il reste 2000 caractères
Have a Suggestion?